MINISTÈRE DE LA FORET, DE LA MER, DE L'ENVIRONNEMENT, CHARGE DU PLAN CLIMAT

Sceau de Republique Gabonaise

UNE COOPERATION DYNAMIQUE ENTRE LE GABON ET LE SYSTEME DES NATIONS UNIES

Logo

« Les pays de la CEEAC réunis à Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis, le 30 juin dernier) pour préparer le Sommet Action Climat convoqué par le secrétaire Général des Nations Unies, Antonio GUTERRES veulent d’un espace pour faire valoir la place importante des 231 millions d’ha de forêts, soit 6% de la superficie des forets du monde ; a confié Lee White au diplomate américain. Les autres chefs d’Etats de la CEEAC appuient cette démarche du Président en exercice, Ali Bongo Ondimba, que le Ministre gabonais en charge de la Forêt le Pr. Lee WHITE a partagée à ses homologues ministres à Abu Dhabi.

L’intérêt de la démarche était bien compris par M. Jackson. Les Nations Unies a t-il dit  veulent mettre l’accent sur les initiatives africaines phares en Afrique centrale et particulièrement celles conduites par le Gabon, notamment l’Initiative Africaine pour l’Adaptation (IAA). Il a souhaité que soit mises en lien ces initiatives et le 75ème anniversaire des Nations unies en septembre 2020, un an après le sommet Action-Climat dont l’objectif est d’évaluer les progrès accomplis pour la réduction des émissions des GES sur la base des engagements pris à la COP 21 à Paris en 2015. Par ailleurs le SNU souhaite appuyer la coalition sur les solutions basée sur la nature issue du conclave d’Abu Dhabi conduite par la Chine et le Nouvelle-Zélande et soutenue par le Gabon.

Les échanges ont également portés sur la coopération bilatérale entre le SNU et le MFMEPC. Le représentant de l’UNESCO, NZAMBA NZAMBA Thierry a présenté l’intérêt pour le Gabon de repositionner la réserve de biosphère d’IMPASSA.

En ce qui concerne l’Environnement, le Représentant Résidant du PNUD, Francis JAMES a proposé de perfectionner le rapport de la 3ème communication nationale, déjà rendu public. Ce qui conviendrait au Ministre Lee WHITE qui reconnait que pour arriver à réduire les émissions de GES de la forêt gabonaise de 50%, il faut entreprendre un programme de renforcement des capacités des acteurs pour permettre à tous les secteurs d’inventorier et de monitorer les GES. Pour lui, le lead de cette activité doit échoir au Conseil National Climat.

Il était aussi question pour le SNU d’encourager le Ministère à relancer le processus FLEGT, relatif à l’application de la législation forestière, et à la bonne gouvernance de la gestion des forêts et des échanges commerciaux internationaux de bois, destiné à lutter contre le trafic de bois illégal, interrompu depuis 2013. Stephen Jackson estime que le SNU est disposé à appuyer la faisabilité des initiatives qui mettraient en œuvre tout système de traçabilité. A ce sujet, un rapport d’études dressé par la FAO en la matière en 2018 est favorable

Le coordonnateur du SNU, Stephen Jackson et le Ministre Lee WHITE veulent capitaliser le soutien multiforme du système des nations unies en faveur de la nouvelle dynamique impulser au Ministère vers plus de légalité et de transparence des actes de gestions par l’administration des Eaux et Forêts.

Modifié : 04 / 07 / 2019