Ministère de l’Economie forestière, de la Pêche et de l’Environnement, chargée de la protection et de la gestion durable des écosystèmes

Sceau de Republique Gabonaise

L'UFIAG pour une dérogation de l'arrêté 0015/MEF/SG/DGICBVPF

Logo

LIBREVILLE LE 11 JUILLET 2012. « Mise au point sur la demande de dérogation sollicitée par l'UFIAG par rapport à l'arrêté N°0015 », tel a été l'objet de la réunion qui s'est tenue à l'auditorium du Ministère des Eaux et forêts. Cette réunion était présidée par Monsieur Sylvain IBOUANGA MBOUMBA, Directeur Général des Industries, du Commerce du Bois et de la Valorisation des Produits Forestiers avec la participation effective de Monsieur François Jufenf WU, Président de l'UFIAG.

Le syndicat des forestiers Asiatiques mis en place dernièrement est le fruit d'une coopération bilatérale entre les gouvernements Gabonais et Asiatiques. Il demande une exportation des plateaux de kévazingo vers la Chine et autres pays asiatiques. Le kévazingo, bois rouge au même titre que le padouk, est prisé par les sociétés asiatiques pour la fabrication des portails des temples, des tables de thé, des tables de réunions aux dimensions naturelles, Etc. Sur les plans religieux et culturel, ils revêtent d'une importance capitale. Si hier, ces espèces étaient exportées entièrement, aujourd'hui, avec la décision du Chef de l'Etat, appuyée par des textes réglementaires, l'exportation des grumes de ces espèces n'est plus possible. Actuellement, l'administration des Eaux et Forêts leur permet d'exporter ces espèces dûment transformées en petites pièces destinées à être reconstituées pour la fabrication des meubles. Selon les opérateurs économiques asiatiques, cette formule fait perdre la solidité des espèces et ne permettrait pas d'avoir une meilleure qualité du produit." La non prise en compte de la problématique de ce produit réduira de facto le chiffre d'affaire des opérateurs économiques asiatiques" a indiqué M. François Jufenf WU.

Face a cette requête de l'UFIAG, M. Sylvain IBOUANGA MBOUMBA a rappelé que la soumission à la réglementation en vigueur est de rigueur, car la décision d'interdire l'exportation des grumes et autres plateaux est une décision du Président de la République, Chef de l'Etat. Par ailleurs, il a promis transmettre à la hiérarchie la doléance du syndicat quand à la dérogation sollicitée qui en décidera in fine.

Charlène Nica EDIMA DIBOUNGA

Publié le : 26 / 07 / 2012