Ministère de l’Economie forestière, de la Pêche et de l’Environnement, chargée de la protection et de la gestion durable des écosystèmes

Sceau de Republique Gabonaise

Discours de Monsieur le Ministre Noel Nelson MESSONE à l'occasion de l'atelier de relance du processus FLEGHT

Logo

Excellence, Madame le chef de la Délégation de l’UE

Monsieur le Représentant du Coordonateur du Bureau sous-régional  de la FAO Afrique Centrale ;

Honorables Députés ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des ONGs Nationales et  Internationales;

Distingués Invités ;

Mesdames et Messieurs ;

L’honneur m’échoit de prendre la parole au nom du Gouvernement de la République, à l’occasion des travaux de relance du processus FLEGT au Gabon. Ces travaux visent à terme  la reprise effective des  négociations d’un Accord de Partenariat Volontaire entre le Gabon et l’Union Européenne. 

Aussi, voudrais-je, pour commencer mon propos, souhaiter la bienvenue dans cet auditorium du Ministère de la Forêt, de l’Environnement et de la Protection des Ressources Naturelles, à vous tous  qui avez répondu favorablement à notre invitation et honoré de votre présence cette cérémonie.

Il me plaît d’adresser, ensuite, mes sincères remerciements aux partenaires au développement notamment l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et l’Union Européenne (UE) pour leurs appuis multiformes qui ont permis la tenue de cette réunion.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de rappeler que l’adhésion de notre pays au processus FLEGT remonte à 2010. La volonté du Gabon d’appliquer les règlementations forestières et de procéder aux échanges commerciaux n’est pas le fait du hasard. D’une part, elle participe de la prise en compte des nos spécificités nationales; d’autre part, elle résulte d’une politique axée sur l’utilisation rationnelle des ressources naturelles renouvelables en mettant l’accent sur les bonnes pratiques de gestion forestière durable en particulier l’aménagement des forêts de production et la promotion de la certification.

Je suis persuadé que la relance de ce processus va consolider tous les efforts entrepris depuis plusieurs décennies par notre pays en matière de gestion durable de ses ressources naturelles renouvelables ainsi qu’en matière de conservation de la biodiversité.

Mesdames et Messieurs,

Le processus FLEGT mené à terme et mise en œuvre,  s’intègre dans la vision du Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence, Ali BONGO ONDIMBA. Telle que décrite dans le Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE),

Cette vision traduit de manière concrète l’intérêt capital du Gabon de gérer durablement ses ressources forestières. A cet effet, le gouvernement de la République conduit par le Professeur Daniel ONA ONDO a lancé de nombreuses réformes  notamment dans le secteur forestier pour contribuer au développement socio-économique de notre pays ; parmi ces reformes figurent en bonne place, le Plan de lutte contre l’exploitation illégale de la forêt et la révision du code forestier.

Un des objectifs  du FLEGT est de lutter contre l’exploitation illégale des forêts. La poursuite de cet objectif  a permis d’initier de nombreuses actions menées par le Ministère de la Forêt. Elle est aussi une réponse de notre pays au phénomène du «  blanchiment du bois » qui tend  à ruiner  nos efforts  en matière de gestion durable.

Les thématiques liées au processus FLEGT notamment, la définition du bois légal, le système de traçabilité, le système de vérification de la légalité sont autant de points sur lesquels vous devez vous appesantir lorsque vous en débattrez. Ils vont certainement participer à l’amélioration de la Gouvernance forestière du Gabon et à rehausser  son image de marque en matière d’échanges commerciaux des produits Bois et leurs dérivés.

Mesdames et Messieurs,

L’atelier de  relance des activités du processus FLEGT auquel vous prenez part, ne devrait pas nous faire oublier les difficultés que nous avons connues par le passé. Je me réjouis par avance de ce que tous les collèges qui constituent le Comité Technique de Concertation (administrations, société civile, secteur privé)  s’approprient le processus pour le conduire cette fois à terme.

Pour y parvenir, l’administration dont j’ai la charge, a élaboré deux projets de développement forestier. 

-        Le premier est relatif  à l’appui à la relance du processus FLEGT au Gabon ;

-        Le second concerne la mise en œuvre du FLEGT à l’échelle des forets communautaires.

Les résultats attendus de ces deux projets auront pour effet de renouer  le dialogue multi-acteurs et de créer un environnement propice à la poursuite des négociations relatives à l’Accord de Partenariat Volontaire(APV).

Je vous exhorte à tout mettre en œuvre pour la redynamisation du Comité Technique de Concertation (CTC) pour qu’il puisse jouer  pleinement son rôle et remplir convenable les missions qui lui sont assignées.

Le chemin qui nous reste  à parcourir est certes long, mais il nous suffit de nous mettre au travail pour tenir cet engagement déjà pris par le Gouvernement en 2010,  celui de parvenir à la signature de l’Accord de Partenariat Volontaire avec l’Union Européenne (UE)  et de passer à la phase de sa mise en œuvre.

Sur ce, je déclare ouverts les travaux de l’Atelier de relance des activités du processus FLEGT au Gabon.

 

Je vous remercie

Publié le : 24 / 10 / 2014